LE MARCHÉ

Frustrés et Fatigués de courir SANS RESULTATS? VOUS SERVIR EST NOTRE MOTO!
La recherche se fait  SUR MESURE et UNIQUEMENT POUR VOUS! contactez nous
LES DERNIERES NOUVELLES DU MARCHE  IMMOBILIER

Plan gouvernemental de logement : voici comment le gouvernement envisage de faire face à la crise

Augmentation de la taxe d’achat à 8% dans les prochains jours, interdiction d’utiliser des appartements dans le centre du pays pour Airbnb et avantages fiscaux pour ceux qui souhaitent scinder un appartement en location • Le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures pour faire face à la crise du logement et stopper les hausses de prix • Ces mesures rejoignent la taxe d’achat d’un deuxième appartement passera à 8% dans les prochains jours, ont annoncé le ministre des Finances Avigdor Lieberman, le ministre du Logement et de la Construction Zeev Elkin et la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked, qui ont présenté aujourd’hui (dimanche) le plan gouvernemental de logement pour 2022-2025. Le programme, censé lutter contre la hausse des prix des logements, a introduit un certain nombre d’autres mesures importantes, telles que l’interdiction d’utiliser des appartements résidentiels à des fins Airbnb dans les grandes villes. Tous les détails sur le nouveau programme :

« Nous nous réunissons enfin pour annoncer les étapes de manière ordonnée dans le domaine du logement et du logement », a commencé le ministre des Finances Lieberman. « C’est peut-être la première fois que les trois ministres travaillent de manière coordonnée et synchronisée, et c’est un travail de fond de plusieurs mois. »

Lieberman a précisé que la hausse des prix des logements est causée par quatre composantes, et le gouvernement ne peut contrôler que deux d’entre elles : le faible taux d’intérêt, qui est le principal moteur des achats massifs, est contrôlé par la Banque d’Israël et influencé par la Fed américaine les décisions. Cependant, le gouvernement tentera de s’attaquer à deux domaines : l’augmentation de l’offre et le refroidissement de la demande.

Les objectifs présentés par les ministres pour les années 2022-2025 sont : 300 000 commercialisations domaniales, 500 000 logements prévus, 280 000 mises en chantier et 180 000 transactions foncières domaniales. Selon le ministre Elkin, le nouveau gouvernement atteint déjà le rythme requis pour atteindre ces objectifs, car les gouvernements précédents ont mis fin à ces processus. « L’État n’a pas été à la hauteur de ce qu’il avait construit en termes de marketing, les autorités n’ont pas voulu commercialiser et à juste titre. Nous avons pu le libérer grâce à la décision d’investir dans des infrastructures d’appui à la construction. Nous sommes en mesure de extraire les accords de toit qui sont bloqués depuis un an et deux ans », a-t-il déclaré.

Les ministres ont d’abord présenté les nombreuses mesures déjà annoncées, certaines en voie d’approbation les week-ends dans le cadre de la loi de finances et d’aménagement, puis sont arrivés aux 6 nouvelles étapes censées produire un plan complet pour faire face à la crise du logement.

Rétablir la taxe d’achat à 8% dans le but de freiner la demande des investisseurs : Les ministres ont présenté des données qui montrent comment les modifications de la taxe d’achat poussent les investisseurs vers le marché ou les font s’en éloigner. Parce que ce sont les investisseurs qui mènent les hausses de prix, le gouvernement cherche à leur imposer des taxes qui, espérons-le, refroidiront leur enthousiasme. La dernière fois que la taxe d’achat a été relevée, à l’époque du ministre des Finances Moshe Kahlon, il y a eu un afflux important d’investisseurs entre le jour où l’intention a été annoncée et le moment où la taxe a finalement été relevée. Lorsque les ministres ont été interrogés à ce sujet, ils ont clairement indiqué qu’ils essaieraient de promouvoir cette étape rapidement, et déjà aujourd’hui l’administration fiscale publiera le mémorandum de loi. L’espoir est de terminer le processus d’approbation dans les 10 prochains jours.

  1. Interdiction des appartements Airbnb dans le centre du pays dans le but d’augmenter l’offre dans l’immédiat : Par rapport à ce qui avait été annoncé précédemment que l’utilisation d’appartements à des fins Airbnb serait soumise à une taxation élevée, les ministres ont maintenant précisé qu’ils prévoient une étape beaucoup plus significative. , Et la prévention de l’utilisation d’appartements résidentiels avec stockage hôtelier permanent dans le centre du pays. Cela signifie que toute personne qui utilise un appartement résidentiel à d’autres fins, y compris des bureaux, des cliniques ou du tourisme (Airbnb) et reçoit un permis qui dépasse le permis de la municipalité, le saura la prochaine fois qu’il viendra demander le permis car il ne peut pas en délivrer un . Le Trésor affirme qu’il y a 13 000 appartements résidentiels utilisés pour Airbnb et beaucoup plus d’appartements utilisés à d’autres fins, et ils espèrent que d’ici 4 ans et demi tous ces appartements reviendront sur le marché du logement et augmenteront l’offre de logements. Les jardins d’enfants et les commerces du rez-de-chaussée seront exclus de la nouvelle législation.

Réduction de la taxe d’achalandage à 4 ans dans le but d’encourager la construction sur des terrains privés : La taxe d’achalandage marginale sur les terrains sera réduite de 47 % à 25 % pour les constructions sur 4 ans, après quoi elle remontera progressivement à 47 % pour les encore 4 ans. L’objectif est d’inciter les propriétaires fonciers à vendre les terrains qu’ils possèdent à des fins de construction et ainsi augmenter rapidement les terrains à bâtir.

  1. L’État encouragera le fractionnement des appartements de plain-pied (principalement des logements privés) dans le but d’augmenter l’offre à court terme. Par une disposition temporaire qui sera valable deux ans, la taxe d’amélioration pour les appartements du rez-de-chaussée sera réduite à un taux de 34% et 45 mètres carrés supplémentaires seront accordés pour la construction en vue de diviser l’appartement, le tout pour dans le but de louer l’appartement ou d’habiter à proximité.

The Marker – Etan Avriel le 2 Nov 2021
Le shekel continuera d’augmenter. De combien? Dépend de la bourse et de la Banque d’Israël
Les estimations selon lesquelles la Banque d’Israël a franchi une dernière étape dans la guerre contre la hausse du shekel, l’afflux de capitaux étrangers vers Israël et la reprise de l’économie mondiale font grimper le shekel ■

Il n’y a bien sûr rien de spécial ou de sacré au niveau de 3,2 NIS pour un dollar, que le shekel israélien a franchi hier lorsqu’il a clôturé ses échanges à un taux représentatif de 3,191 NIS – une augmentation d’environ un tiers de pour cent – mais ce niveau est définitivement symbolique. Avec cette augmentation, le shekel approche de son pic en janvier de cette année (3,11 NIS par dollar), et il dépasse un nombre que beaucoup pensaient que la Banque d’Israël essayait de protéger. S’il réalise une autre hausse, même modeste, dans les prochains jours, il retrouvera le niveau qu’il avait atteint pour la dernière fois en 1996.

Ce sera déjà un record de 25 ans – un quart de siècle. Ce renforcement sera une réalisation du shekel, pas une faiblesse du dollar ou le résultat d’un événement mondial.

La hausse du shekel par rapport au dollar, plus tôt dans la journée, a été la plus modérée par rapport à sa hausse par rapport aux autres devises, lorsque contre l’euro, il s’est renforcé d’un demi-point de pourcentage à 3,70 NIS, et contre la livre sterling, il a augmenté de plus d’un pourcentage complet, à 4 378 NIS. En effet, des vacances à Londres hier, en une seule journée, sont devenues nettement moins chères, sans parler des vacances en Turquie, où la monnaie locale a chuté de 10 % par rapport au shekel au cours du mois dernier.

Que s’est-il passé exactement aujourd’hui ? La réponse technique est que les marchés boursiers mondiaux ont de nouveau atteint des sommets, un fait qui a forcé les institutions israéliennes détenant des titres étrangers à vendre des dollars pour couvrir les portefeuilles de titres qu’elles gèrent. Dans le même temps, les responsables israéliens de la finance high-tech ont été obligés de vendre des dollars afin d’acheter les shekels avec lesquels ils paieraient leurs salaires en octobre, la semaine prochaine.

La Banque d’Israël a-t-elle pris du recul ?

Ceci, comme indiqué, n’est que la réponse technique. La vraie raison du renforcement du shekel est que la communauté des affaires, les investisseurs et les spéculateurs estiment que la Banque d’Israël a pris du recul dans la guerre qu’elle mène contre l’appréciation du shekel en janvier de cette année, lorsqu’elle a annoncé la l’intention d’acheter 30 milliards de dollars. La Banque d’Israël a officiellement annoncé ce plan au cours du mois dernier. La banque centrale a indiqué qu’elle commençait à mettre fin aux programmes spéciaux qu’elle avait lancés au plus fort de la crise corona et qu’elle revenait à sa politique habituelle consistant à intervenir sur le marché uniquement lorsque cela était nécessaire, afin de fournir de fortes fluctuations, et non pour changer de tendance.

Si tel est le cas, le shekel devrait reprendre sa tendance à la hausse à long terme, simplement parce que le volume des flux de dollars en provenance d’Israël, principalement sous les auspices de l’industrie de haute technologie, est bien supérieur au volume de dollars qui en sort. – une tendance dont personne ne pense qu’elle est susceptible de changer.

Rien qu’au premier semestre de cette année, les investissements étrangers en Israël se sont élevés à environ 15 milliards de shekels. En compensation des investissements des Israéliens à l’étranger, l’excédent du compte courant s’élève à 13,2 milliards de dollars. En supposant que la tendance soit similaire voire plus forte au second semestre, l’excédent atteindra un pic de plus de 26 milliards de dollars en 2021. Cela c’est beaucoup d’argent. Ce qui a changé, c’est que la Banque d’Israël n’a plus le sentiment que l’économie est en crise, ni qu’elle doit protéger la haute technologie et les exportations, à un moment où elles sont fortes, rentables, et bénéficiant d’une demande plus forte que jamais.

Il y a peut-être une autre raison à la prudence de la Banque d’Israël : le rapport publié par le State Comptroller la semaine dernière sur la gestion des réserves de change par la banque centrale. Dans ce rapport, qui n’a pas reçu l’attention voulue du public, le contrôleur précise que la Banque d’Israël détient beaucoup trop de réserves de change qui ont un coût, que la gestion du portefeuille de devises manque de transparence et que les objectifs et les politiques ne sont pas assez visibles et formelles.

Le critique a raison, bien sûr. La Banque d’Israël prétend que si elle n’avait pas agi pour acheter des dollars, la situation d’Israël aurait été moins bonne. Mais jamais apporté de données le prouvant. Dans la pratique, les citoyens israéliens subventionnent les bénéfices des exportateurs et les bénéfices de la haute technologie depuis plus de 15 ans, en utilisant le coût de la vie qu’ils paient. Aucune étude n’a jamais montré que ce transfert de fonds des poches de millions de ménages vers les comptes de milliers d’exportateurs individuels contribue effectivement à la croissance globale. À tout le moins, le rapport du contrôleur d’État devrait inciter la Banque d’Israël à réexaminer sa politique.

En attendant, la situation est la suivante : le shekel va probablement continuer à monter, et il n’est pas inconcevable qu’à plus long terme le préfixe « 3 » de son taux de change contre dollar soit également à la traîne. De combien? La réponse dépend des marchés boursiers et de l’économie mondiale. Tant que le marché boursier de Wall Street continue d’augmenter, le shekel augmentera rapidement. Certes, en cas de forte correction des prix, c’est le dollar qui va se renforcer. Et tant que l’économie mondiale continue de se redresser et que la demande de haute technologie reste forte, avec le flux de fonds de l’étranger vers les entreprises israéliennes, la tendance à long terme sera également maintenue.

The Marker – Etan Avriel 27 Octobre 2021
Pourquoi le shekel s’envole-t-il en ce moment ? La réponse vient du domaine de la psychologie du marché
Contrairement au passé où le shekel s’est renforcé, maintenant le jeton est tombé aux mains des gestionnaires de fonds et des cambistes et ils ont succombé à la tendance actuelle ■ Tant que la Banque d’Israël n’essaiera pas de changer cela, la direction ne changera pas

Le shekel israélien ne s’arrête pas. Avec l’ouverture des échanges ce matin, il a touché un taux de 3 101 NIS pour un dollar avant de reprendre une partie de la hausse. Il s’agit en fait de son plus haut niveau depuis 1996 – pas moins de 25 ans. En une semaine, le shekel s’est renforcé de 3% par rapport au dollar – une fluctuation forte et inhabituelle pour un marché relativement stable comme son marché des devises

Les raisons du renforcement du shekel sont déjà connues de la plupart des lecteurs de TheMarker : grâce aux exportations en général et à la haute technologie en particulier, beaucoup plus de dollars entrent en Israël que de dollars en sortent, et si quelqu’un – par exemple la Banque d’Israël – ne compense pas cet écart, alors au fur et à mesure que le processus se poursuit, le shekel continuera de se renforcer. C’est simplement une économie d’offre et de demande.

Pendant la majeure partie de 2021, la Banque d’Israël a stoppé ce renforcement, et modère désormais l’intensité du confinement. Le shekel, qui évolue depuis de nombreux mois dans une fourchette étroite entre 3,20 et 3,25 NIS pour un dollar, a explosé à la hausse. Mais pourquoi aujourd’hui ? Pourquoi exactement cette semaine il y a eu une augmentation de 3% dans l’arène dollar-shekel ? Les réponses à cette question sont divisées en deux : les réponses techniques et les réponses psychologiques.

Techniquement, il existe plusieurs facteurs qui produisent une offre légèrement supérieure au dollar. Le premier, et peut-être le plus important d’entre eux, sont les entités institutionnelles qui vendent des dollars pour couvrir leur exposition aux devises étrangères, et sont obligées de vendre encore et encore chaque fois que le marché boursier de Wall Street augmente, et la part de l’exposition aux devises étrangères dans leur investissement le portefeuille augmente également.

Il y a une autre raison imminente : les institutionnalistes commencent également à préparer les portefeuilles vers la fin de l’année, ils seront donc tenus de rendre compte de la composition de leurs actifs. Ils ne veulent pas montrer trop d’exposition aux devises étrangères, alors ils la réduisent. comment? Par une couverture supplémentaire des portefeuilles, c’est-à-dire la vente de dollars. Dans le jargon des gestionnaires d’investissement, le phénomène est qualifié de vitrine : embellir la vitrine en vue de l’audit des clients et des superviseurs, qui sera mené selon les données du 31 décembre, date qui commence à approcher.

Un autre facteur technique est le début d’un nouveau mois civil : la plupart des entreprises de haute technologie détiennent les dollars qu’elles ont levés, et à côté du paiement des salaires aux employés, jusqu’à 10 par mois, elles vendent des dollars pour payer les salaires en shekels. Aujourd’hui, nous sommes le 2 du mois, et ces ventes sont en cours et peuvent durer jusqu’au 8 du mois. C’est ainsi que fonctionne le marché. Dans le même temps, bien sûr, les émissions et les levées de start-ups, qui gagnent de l’argent, se poursuivent, les sociétés exportatrices profitent de la demande étrangère et l’ensemble de l’économie accélère – entraînant une nouvelle offre de devises étrangères.

Mais ces facteurs ont également existé le mois dernier. Alors pourquoi le shekel monte-t-il en flèche aujourd’hui et ne démarre-t-il pas le mouvement après les vacances ? Cette fois, la réponse vient du domaine de la psychologie du marché. Ou en d’autres termes : un peu de panique. La plupart des directeurs financiers et des cambistes en Israël ont traditionnellement l’habitude de voir le shekel à un niveau d’environ 3,5 shekels, et ils ont toujours le sentiment que tôt ou tard le dollar reviendra à ce niveau.

Ils n’ont pas intériorisé le changement fondamental que l’économie israélienne a subi. Jusqu’à ce que le jeton leur tombe soudainement, et comme à d’autres périodes où une ligne de tendance psychologique a été brisée, ils ont commencé à agir immédiatement, exacerbant eux-mêmes la chute du dollar. Il y a aussi un mot en anglais dans la langue des marchands : capitulation, et en hébreu : « reddition ». Oui, ces derniers jours, beaucoup ont intériorisé qu’il n’y avait personne pour arrêter le shekel, ont abandonné leurs croyances précédentes et ont succombé à une tendance actuelle.

The Marker- Adi Cohen le 6 Octobre 2021
Enorme appel d’offres pour 500 appartements à la location au Nord de Tel Aviv

Un nouvel appel d’offres pour appartements à louer et l’Autorité foncière israélienne essaie de faire en sorte que les jeunes et les jeunes familles puissent également vivre dans le nouveau et prestigieux quartier ■ Mais il n’est pas certain qu’un appartement de 3 pièces à 6 160 NIS pourra etre une alternative

L’Autorité foncière israélienne (RMI) et la municipalité de Tel-Aviv, qui possèdent le plus grand terrain de Sde Dov dans le nord de Tel-Aviv, essaient de faire en sorte qu’en dépit des critiques concernant le prix élevé des terrains – même les jeunes qui n’ont pas 5 millions de shekels pour acheter un appartement peut habiter le quartier RMI et la société gouvernementale Appartement à louer Hier soir (lundi) ils ont lancé un appel d’offres pour la construction de 511 appartements dans un projet de location longue durée dans le nouveau quartier résidentiel qui sera construit.

Selon l’appel d’offres publié, environ la moitié des appartements seront destinés à des personnes ayant droit à un loyer réduit et surveillé, et les 50% restants seront loués sur le marché libre au prix du marché. La durée de location ne sera pas inférieure à 20 ans. La vente aux enchères se terminera le 17 janvier et n’a pas encore eu lieu

La brochure d’appel d’offres et le prix minimum que l’État exigera pour l’appel d’offres sur le terrain pour la construction du projet ont été publiés. Cependant, sur la base des détails de l’appel d’offres précédent, dans lequel le prix minimum du terrain requis par l’État s’élevait à 31,600NIS par mètre carré – on estime que le prix de l’offre pour le nouveau projet, qui couvre 9 100 mètres carrés, sera à partir de 300 millions de shekels.

Ce projet s’ajoute à un autre appel d’offres récemment lancé par l’État pour des logements locatifs à long terme dans le nouveau quartier du nord de Tel-Aviv, en mars dernier. Le précédent appel d’offres publié pour des logements locatifs figurait parmi les 1 570 premiers logements commercialisés dans l’ensemble, et concernait 324 logements à louer dans des conditions similaires.

La municipalité de Tel Aviv fonde ses espoirs sur le nouveau quartier de Sde Dov, qui devrait ajouter environ 16 000 logements, augmentera considérablement les options de logement abordable dans la ville et pourrait même refroidir les prix. Le complexe supplémentaire qui a maintenant fait l’objet d’un appel d’offres fait partie des accords entre la municipalité de Tel Aviv-Yafo et Remi concernant les futurs plans de marketing dans la ville, et dans le cadre des accords conclus lors des négociations sur l’évacuation de la nouvelle gare centrale. du sud de Tel-Aviv.

Mais en attendant, les prix qui émergent à Sde Dov, ainsi que la politique d’aménagement que l’État mène sur son territoire, ne correspondent pas exactement à cette aspiration. C’est d’abord et avant tout le résultat du premier appel d’offres qui s’est clôturé sur le terrain de Sde Dov, en août dernier – au prix de 2,8 millions de shekels par unité de logement, sur la seule valeur du terrain. C’est pour 1 574 unités qui ont été commercialisées – dont le prix initial est estimé à 4,5 millions de shekels par appartement, au moins.

Même dans les projets de location de l’État, les chiffres ne sont pas encourageants. C’est selon le premier appel d’offres publié pour un bail à long terme dans le futur quartier, selon lequel le montant du loyer que les futurs locataires paieront s’échelonnera de 72 NIS par mètre carré par mois (pour les appartements de 4 pièces) – à 88 NIS par mètre carré (pour les appartements de 2 pièces). Cela signifie qu’un appartement de 2 pièces en moyenne coûtera environ 4 400 NIS par mois, un appartement de 3 pièces en moyenne coûtera environ 5 600 NIS et pour un appartement de 4 pièces d’une superficie de 100 mètres carrés – ils paieront 7 200 Par rapport aux prix du marché

Globes le 5 Septembre 2021
Appartements loues A Tel Aviv et environs

Un appartement de 135 mètres carrés, cinq pièces, au deuxième étage avec parking et ascenseur dans la rue Burla à Tochnit Lamed  (de lautre cote de Levi Eshkol en face de chez moi)  a été vendu pour 4,4 millions de shekels.

Un appartement de 100 mètres carrés, quatre pièces, au cinquième étage avec ascenseur et parking sur la rue Dimona à Yad Eliyahu Sud Est TLV a été vendu pour 2,53 millions de shekels

Un appartement de 100 mètres carrés, quatre pièces, au rez-de-chaussée avec un jardin de 25 mètres carrés, un ascenseur et un parking sur la rue De Haz dans le Vieux Nord  a été vendu pour 5,37 millions de shekels.

 Un appartement de 120 mètres carrés, quatre pièces, au premier étage avec parking et ascenseur dans la rue Lessin (encore le vieux Nord) a été vendu pour 5,4 millions de shekels.

Un appartement de 104 mètres carrés, quatre pièces, au premier étage avec ascenseur et parking sur Block Street (pres de la Mairie)  a été vendu pour 4,85 millions de shekels (anglo-saxon).

Tous ces appartements ont des parkings les differences de prix sont les emplacements bien entendu

The Marker – Adar Horesh – Sept 2021
« Nous sommes au début d’une vague de hausse des prix des appartements – qui ne s’arrêtera pas dans les sept prochaines années »

Hanan Moore, le proprietaire majoritaire de l’entreprise publique qui a conclu un énorme accord dans le quartier de Sde Dov, est convaincu que le pari économique était justifié, explique pourquoi il a décidé d’arrêter de construire à l’extérieur de Gush Dan et affirme qu’il a un plan pour y faire face a l’augmentation jusqu’à doubler la dette de l’entreprise.

Ce fut l’une des victoires surprenantes : Hanan Moore, une entreprise de construction de taille moyenne axée sur les projets de construction et de prix par locataire populaires, a remporté une part importante de l’appel d’offres de logements prestigieux dans la région qui a été évacué il y a environ un an de Sde Dov – l’aéroport au nord de Tel-Aviv.

Selon les prévisions, il y aura un quartier pour les riches uniquement dans la région. Les ministères du Logement et des Finances considèrent la commercialisation des terres domaniales de la région comme une source de revenus s’élevant à des milliards de shekels. La demande de la municipalité de Tel Aviv d’allouer des logements sociaux aux nécessiteux du complexe a également été rejetée avec mépris par le ministère des Finances. Dans une tentative de modérer les critiques du Golfe des Millionnaires, les autorités de planification ont alloué plusieurs centaines d’appartements à des logements abordables, mais ces plans ont également été ridiculisés par Rash. Pour la plupart des israeliens le nouveau quartier sera inabordable. Les prix de location seront déterminés en fonction des prix du marché, et le loyer mensuel sera d’environ la moitie d’un salaire moyen. On estime que les milliers d’appartements qui seront construits dans le complexe seront les plus chers du pays. Des appartements de taille moyenne d’une superficie de 100 mètres carrés seront commercialisés au prix de 7 à 7,5 millions de shekels.Les pentouses seront citees dans les articles parlant de celebrites en Israel  Le quartier aura egalement des appartements plus petits d’environ 70m2, qui seront  proposés à un prix inférieur de 5 millions de shekels. Les prix reflètent bien sûr l’état actuel du marché du logement, tandis que les appartements ne devraient commencer à être occupés qu’en 2025.

La victoire de Moore était également surprenante en termes de volume de la nouvelle transaction par rapport à la taille de l’entreprise. Hanan Moore (-0,78 % 5109) devrait payer 1,46 milliard de shekels pour le terrain. Le projet comprendra environ 500 appartements, 1 000 m² de locaux commerciaux et un petit hôtel de 1 500 m². Le coût de construction est estimé entre 600 et 700 millions de NIS supplémentaires. L’investissement requis est trois fois supérieur à sa valeur

Globes le 20 Mai 2021-Arik Mirovsky 
Les ventes de l’immobilier montent en flèche alors que les investisseurs affluent vers le marché
La hausse d’achats de logements en Israël est due aux  investisseurs qui ont acheté 2 500 appartements en mars 2021, une  hausse de 114% par rapport à mars 2020.

13 200 logements ont été vendus en Israël en mars 2021, selon l’économiste en chef du ministère des Finances, une hausse de 38 % par rapport à mars 2020 et de 26 % par rapport à février 2021.
La hausse des achats de logements est due aux investisseurs qui ont acheté 2 500 appartements en mars 2021, en hausse de 114 % par rapport à mars 2020 et de 17 % par rapport à février 2021. 6 600 jeunes couples ont acheté des logements en mars 2021
Les investisseurs sont revenus sur le marché immobilier après que le gouvernement ait levé la surtaxe à l’achat en juillet dernier, imposée en 2015 par le ministre des Finances de l’époque, Moshe Kahlon, pour les acquereurs qui possèdent déjà un bien et achetent des propriétés supplémentaires.
Le dernier rapport de l’économiste en chef du ministère des Finances 14% de ceux qui investissaient dans un bien immobilier supplémentaire sont des propriétaires d’entreprise, 9% des retraités et 20% recoivent une pension mais continuent  à travailler en tant que salarié (comme les retraités de l’armée et de la police). 69 % des investisseurs sont  des couples dont au moins un des deux a un emploi salarié, tandis que 22 % des investisseurs dont au moins un des couples est indépendant, et dans la plupart des cas le second est un salarié.
Les 14% de ceux qui ont achete des biens  pour investir sont des chefs et proprietaires d’entreprise avec un revenu mensuel brut moyen de 129 000 NIS par mois tandis que les pensions (y compris ceux qui travaillaient toujours) ont un revenu mensuel brut moyen de 64 000 NIS et les indépendants ont un revenu moyen revenu mensuel brut de 57 400 NIS, tandis que les salariés ont  un revenu mensuel brut moyen de 46 600 NIS. Les retraités, qui n ont aucun autre revenu, ont un revenu mensuel moyen de 27 500 shekels.
38% des investisseurs immobiliers en mars travaillent  dans le secteur public, soit une majorite de salariés. Étonnamment, seulement 9 % des acheteurs en Israël investissant dans un appartement en mars travaillent  dans la haute technologie.
51% des investisseurs en mars vivent à Tel-Aviv et dans le centre d’Israël, 21% dans le nord et le sud, 22% dans le district de Haïfa et seulement 6% à Jérusalem.
Le prix moyen d’un appartement acheté par un investisseur en mars dans le district de Tel Aviv était de 1,84 million de shekels, dans la région centrale de 1,81 million de shekels, en Judée-Samarie de 1,36 million de shekels, à Jérusalem de 1,3 million de shekels, dans le sud de 1,28 million de shekels , à Haïfa 1,24 million de shekels et au nord 1,09 million de shekels.
L’âge moyen des investisseurs était de 52 ans et seulement 25 % des investisseurs avaient moins de 42 ans, a constaté l’économiste en chef du ministère des Finances.

Globes 15 Avril 2021 – Guy Ben Simon
IPC en hausse de 0,6% en mars, les prix des logements continuent d’augmenter
L’Indice des prix à la consommation (IPC) d’Israël a augmenté de 0,6% en mars 2021, selon le Bureau central des statistiques, légèrement supérieur au consensus des analystes de 0,5%. Depuis le début de 2021, l’IPC a augmenté de 0,8% et au cours des 12 derniers mois, l’IPC a augmenté de 0,2%. Le chiffre élevé de l’inflation pour mars semble suggérer un retour à la normale après 12 mois où la pandémie de Covid-19 a frappé l’activité économique.
Des hausses de prix importantes ont été enregistrées en mars dans les vêtements (5,8%), les divertissements et la culture (2,2%), les transports (0,9%) et les meubles et équipements ménagers (0,8%). Les prix des fruits et légumes frais ont considérablement baissé (1,5%).
Au cours des 12 derniers mois, les prix ont augmenté de 5,4% dans le nord, 4,5% dans le centre d’Israël, 4,3% dans le sud, 3,9% à Tel Aviv, 3% à Haïfa et 1,2% à Jérusalem.
L’indice des prix des logements, qui est distinct de l’IPC, a continué d’augmenter au cours de la période janvier-
Février, par rapport à décembre-janvier, en hausse de 0,3%. Les prix des logements ont augmenté de 4% au cours des 12 derniers mois.
En janvier-février par rapport à décembre-janvier, les prix des logements dans le sud ont augmenté de 1,1%, à Haïfa de 0,9%, dans le centre d’Israël de 0,8%, dans le nord de 0,5%. Au cours de cette période, les prix ont baissé de 0,2% à Tel Aviv et de 0,6% à Jérusalem.

The Marker 14 Avril 2021 Adar Horech
Les prix des appartements neufs montent en flèche à un taux annuel à deux chiffres. Mais il y a un soupçon d’espoir

Deux années de paralysie du travail gouvernemental et le gel des budgets ont durement frappé le marché du logement – et le résultat se fait déjà sentir à des prix vertigineux

9% par an: C’est le taux d’augmentation des prix qui reflète les quatre indices des prix des logements publiés aujourd’hui (mercredi) par le Bureau central des statistiques (CBS).

Selon les données publiées cette semaine par le ministère des Finances, les acheteurs ne sont pas seulement des jeunes et des personnes âgées qui améliorent leur logement, mais aussi des investisseurs qui ont augmenté leur activité – approchant 20% du marché, avec des achats de plus de 6 000 appartements en un trimestre.

Le marché immobilier est chaud partout dans le monde en raison des faibles taux d’intérêt et des entrées d’argent sur les marchés par les pays qui ont tenté d’éviter une crise économique pendant la période Corona. Avec une hausse de 3,8% entre le dernier trimestre de 2019 et 2020, Israël occupe une bonne place apres le Luxembourg (3,9%), Au moins en Israël, les signes indiquent une augmentation continue des prix -. La principale raison de cette prévision est la pénurie d’appartements à vendre, qui se fait déjà sentir sur le marché. Deux années de paralysie du travail gouvernemental, qui est le principal facteur influençant le volume de la construction, et le gel des budgets nécessaires au développement – ont gravement entravé l’activité de l’industrie. Même si un gouvernement est formé dans quelques mois, il ne pourra pas changer la situation à court terme. 2021 devrait être une autre année d’activité perturbée dans le secteur de la construction et l’aggravation de la pénurie actuelle accélérant la hausse des prix des logements.

Une part importante du marché du logement dépend des terres domaniales et des subventions gouvernementales pour les infrastructures et le développement. Le manque d’infrastructures empêche la commercialisation de terrains pour la construction. La commercialisation foncière a été gelée pendant plusieurs mois l’année dernière en l’absence de budget, mais même le déblocage des budgets n’a pas résolu le problème au fil du temps. Au cours des deux dernières semaines, l’État a presque complètement cessé de commercialiser des terres et l’offre de terres prêtes à soumissionner est extrêmement faible.

Le résultat est déjà perceptible dans les prix vertigineux des quelques parcelles encore proposées à la vente. Les parcelles chères deviendront des habitations dans à peine trois ans, mais les promoteurs, qui voient sous leurs yeux les prix des parcelles qu’ils devront acheter plus tard, augmentent déjà les prix des appartements. La réaction rapide des entrepreneurs est évidente dans l’indice des prix des logements neufs, qui augmente plus fortement que l’indice général des logements. La hausse cumulée de l’indice des prix des logements en quatre mois a atteint 3,8%: un taux annuel d’environ 11,5%.

L’écart entre les indices est également affecté par l’épuisement du parc d’appartements subventionnés sur le marché, avec l’arrêt du programme «prix par occupant», qui a été remplacé par le programme réduit «logement à prix réduit».

Une chance d’une certaine retenue dans le taux d’augmentation des prix des logements peut être identifiée précisément dans l’indice général des prix, qui commence à se réveiller après un sommeil prolongé. La hausse de l’indice, apparemment causée par des facteurs internationaux tels que la hausse des prix des produits de base, du carburant et du transport maritime, peut déclencher une tendance à la hausse des taux d’intérêt – ce qui refroidira les marchés immobiliers et financiers. Mais même cette tendance, si elle se développe, ne le sera pas résoudre les problèmes et le confort du marché du logement Les jeunes familles, qui paieront le prix de l’intérêt déclaré.

 

Globes – 11 Février 2021, Arik Mirovski
 La vente d’appartements en Israël a atteint le chiffre le plus élevé des 20 dernières années.

L’économiste en Chef au Ministère des Finances nous dit que 62,000 appartements ont été vendus durant la deuxieme moitié de l’année.
En 2020 il y a eu 107,000 transactions. 62000 de ces transactions ont pris place durant la seconde moitié de l’année, le chiffre le plus élevé d’appartements vendus en 6 mois sur les 20 dernières années : ceci base sur l’étude publiée par le Ministère des Finances.

2020 a été une année exceptionnelle dans tous les sens du mot. Les deux premiers mois de l’année ont continué basés sur la tendance de 2019. Mais ensuite vint l’épidémie Covid-19 et le marché a plongé entre Mars et Mai pour reprendre lentement et avec un boom extraordinaire durant la deuxieme moitié de l’année, et ceci « engendré » par la réduction de la taxe d’achat pour les propriétaires de plus d’un seul bien. Ce qui a « ramené « les investisseurs sur le marché.

Le boom est à son maximum en Décembre avec 13,400 transactions immobilières – un chiffre qui a été atteint seulement en Juin 2015 et Décembre 2013. Les acquéreurs sont bon nombre d’investisseurs, jeunes couples, et ceux qui ont accèdé à de plus grands appartements. Les investisseurs ont acheté plus de 2,000 appartements par mois durant les derniers mois de l’année, se rapprochant des chiffres d’avant 2015, lorsque le Ministre des Finances Moshe Kahlon a introduit la taxe d’achat pour investisseurs.

Décembre 2020 a ete un mois particulièrement bénéfique pour les promoteurs avec 5,400 appartements neufs vendus comprenant également ceux achetés dans le cadre du programme gouvernemental « prix fixe ». Pendant la deuxieme moitié de 2020, 38% de toutes les transactions immobilières ont été des appartements neufs.

En Décembre 2020, les jeunes couples ont acheté 6,200 appartements, ceci inclus 1,600 du programme « prix fixe » du Gouvernement. Egalement le chiffre le plus élevé des 10 dernières années et depuis les manifestations sociales de 2011 contre le cout de la vie et le manque de logement à prix abordables.
La plupart des experts prévoient le même boom en 2021 avec des prix prévus d’augmenter de 3%-4% durant l’année à venir ainsi que les prévisions du gouvernement.

Adi Cohen The Marker 18/12/2020
Article tres interessant publie par The Marker nous éclairé sur la tendance du Quartier « Parc Zameret » et sur les fluctuations du marché de l’immobilier de luxe à Tel Aviv
Pendant de nombreuses années et depuis le début de la construction des Tours YOO avec l’architecte Stark qui a beaucoup aide à la renommée et a l’engouement pour le quartier : Park Zameret a été considéré comme le quartier de luxe ou les célébrités viennent s’installer (comme Eyal Golan, Bar Rapheli, et autres TV stars) qui ont depuis quitte le quartier. Il y a aujourd’hui 10 Tours construites dans ce périmètre entre le périphérique Ayalon et Dereh Namir. Cela représente 1500 appartements.
Les prix atteignent entre 38,000 et 43,000 du m2 à la revente des appartements – La clientèle de haut niveau s’est déplacée et à achete dans les tours qui se construisent de l’autre cote de la rue a Bavli. Nous parlons des tours Park Bavli et Berechit ou les prix atteignent 60,000 NIS au m2.
Ceci est dû au fait que les Tours de Zameret ont été construites sur des « codes » et standards des années 90 et 2000 lorsque les permis ont été déposes. Les appartements sont donc déjà « vieillots » et les proprietaires n’ont pas vraiment investi dans de belles rénovations.

Donc ce quartier malgre le centre commercial G qui attire beaucoup de monde voit son prestige diminuer et les prix stagner. Voyez sur le graphe ci-joint quelques exemples:
Park Zameret : 4 pieces 101m2 : 3.8M – 4 pieces 153m2 : 5.7M – 8 pieces 247m2: 10.6M
Tours de Luxe ailleurs : 3 pieces 75m2: 5.05M – 4 pieces 153m2: 9.47M
C’est donc aujourd’hui une question de moyens et ceux qui ne peuvent pas acheter dans les vraies Tours de Luxe se replient sur Park Zameret.

 

29 Déc., Guy Lieberman pour Globes
L’achat de biens immobiliers en Israël a augmenté de 54% entre le deuxieme et troisième trimestre de cette année, bienque que cette augmentation n’ait pas été étalée de facon uniforme sur le pays

Durant le troisième trimestre de 2020, durant lequel Israël a eu son second confinement, 25 800 biens immobiliers ont été achetés (sans compter ceux inclus dans le programme « subventionnés »), ce qui représente une augmentation de 8,6% comparé au 3eme trimestre 2019 ; également le plus grand nombre de transactions pour les 14 derniers trimestres. Ces chiffres nous proviennent de l’étude du Marche Immobilier Israelien publiée par le Service du Chef du Département Economique au Ministère des Finances, dirigé par Shira Greenberg
Durant le 3ème trimestre 2020, il y a eu une importante reprise du nombre d’appartements achetés, après une chute importante le trimestre précèdent. L’augmentation par rapport au 2eme trimestre a été de 54%, mais 8% de moins comparé à la même periode en 2019
Les chiffres par découpe géographique sont irréguliers. “En dépit de l’importante augmentation du nombre de transactions durant le 3eme trimestre : il est ecrit dans le rapport « dans deux régions Tel Aviv et le centre du pays, ou en général la demande est élevée, le nombre de transactions a encore diminué pour le 3eme trimestre compare au même trimestre l’annee précédente »
Dans la région centre, le nombre de transactions pour le 3eme trimestre de cette annee était 8% de moins que le 3eme trimestre 2019.
L’étude nous montre que c’est le 3eme trimestre successif où le nombre de transaction est à la baisse dans ces régions. 9,300 biens ont été achetés durant les 9 premiers mois de 2020, 17% de moins que les 9 premiers mois de 2019
L’étude nous montre également que de plus en plus d’investisseurs sont entrés sur le marché. « Durant le 3eme trimestre 2020, 4300 appartements ont été achetés par des investisseurs » ce que nous dit l’étude. « C’est le chiffre le plus élevé pour de tels achats depuis le 3eme trimestre 2017 »
Mais, le nombre de biens entre les mains d’investisseurs en Israël continue de baisser, depuis que les investisseurs de longue date sont en train de vendre un bon nombre d’appartements. On suppose qu’une large portion de ces biens est maintenant rachetée par les nouveaux investisseurs qui s’introduisent sur le marché

 

23 Dec, 2020 13:35 Globes Arik Mirovsky
Le marché de la location à Tel Aviv bat les records  Bien qu’au départ le marché de la location était à la baisse, Le Covid-19 n’a eu qu’un faible impact
Le prix de la location d’appartements à Tel Aviv continue d’augmenter comme si la crise Covid-19 n’a pas existé. La seule question maintenant est de savoir si cette courbe va changer quand le gouvernement va cesser le programme de chômage
Une étude récente faite par la Société de recherche du marché immobilier Czamanski & Ben Shahar démontre que le centre de Tel Aviv et le Vieux Nord restent les quartiers les plus chers en Israël tandis que les prix baissent à l’Est et au Sud.
Au mois de Mars dernier seulement, la Banque d’Israël avait dénoncé une véritable hausse du nombre d’appartements à louer sur Tel Aviv, suite à la chute du marché Airbnb touristique et le nombre grandissant des jeunes sans emploi qui etaient retournés vivre chez leurs parents pendant le premier confinement. Ceci en plus d’une baisse de 15% de la demande de locations. Mais en Avril la Banque d’Israël nous disait que le marché s’était stabilisé et que les chiffres que c’était seulement une periode intermédiaire.
La nouvelle « tendance » qui se veut d’avoir tout a maximum 15mn de marche de chez soi va très bien pour les quartiers entre Hayarkon dans le Nord, la mer à l’Ouest, le périphérique Ayalon a l’Est et Florentin au Sud. Dans ce rectangle le prix de location au m2 est d’environ 104 shekels soit 7500 pour un 3 pièces (2 chambres). Le Goush Hagadol (Ramat Aviv) ou Kokhav Hatsfon sera 90sh /m2. Le reste à l’Est, au Sud de ces quartiers le prix sera de 65 à 71 sh/m2
En attendant les prix ne « chutent» pas. La plupart des business banques, finance, high Tech n’ont pas été touchés. Une étude de l’Association des Etudiants nous dit que 20% des étudiants sont retournés vivre avec leurs parents. Pas tous. Et n’oublions pas qu’à leur place il y a les nouveaux étudiants. En d’autres termes, pour remplacer ceux qui sont partis, de nouveaux clients se sont presentés qui ont fait garder les prix à la hausse.
Le prix des loyers intéressent egalement les investisseurs en immobilier qui cherchent toujours un retour sur investissement maximum pour les appartements qu’ils achètent. Tel Aviv donne encore un retour assez bas en moyenne 2,6% par an, plus haut que 2,4% il y a 3 ans.

L’échec de Kahlon : les prix ont augmenté depuis sa prise de position en tant que Ministre des Finances
The Marker le 16 Septembre 2019
Depuis le 14 Mai 2016 – date de son entrée au gouvernement- les prix de l’immobilier ont augmenté de 13,5% (les derniers chiffres d’Aout nous montrent une baisse de 0,3%) Le nouveau gouvernement devra essayer de rectifier cette courbe
Dans le futur nous ne voyons pas une augmentation des offres (l’offre des biens immobiliers est engendrée par le nombre de début de chantiers . Les chiffres aujourd’hui nous montrent un chiffre en dessous de 50 000 unités par an, bien inférieur aux 60000 dont nous avons besoin


Kahlon qui avait promis une baisse de prix de 20% a totalement échoué dans ses projections. Le projet de Khalon « Le Prix pour l’Utilisateur” a surtout été appliqué dans la « périphérie » et a totalement modifié les chiffres et index quand à inclure la moyenne des prix sur tout Israel (les grandes villes comme Jérusalem et Tel Aviv ne sont pas incluses dans ce programme)
25% des appartements construits par les promoteurs dans le cadre de ce programme sont aujourd’hui, autorisés à la vente libre par les promoteurs (en dehors du programme)
Le Service de l’Habitation au Ministère des Finances est sur le point d’etre liquidé et le nouveau gouvernement devra prendre des décisions extremes pour redresser la pente.

The Marker le 11, Septembre 2019
Le Cout de la  Copropriété à Tel Aviv 

Mauvaise surprise pour les propriétaires d’appartements dans les immeubles du centre de Tel Aviv. Immeubles construits dans les années 50’ et 60’ du siècle dernier.
A cette époque la notion de « copropriété n’existait pas ainsi que le « cadastre » tel que nous le connaissons. Les biens étaient enregistrés en tant que « Société – lot – parcelle « et non en copropriété
Si vous avez acheté un bien dans un de ces immeubles vous avez du rencontrer ce genre de « problème »
Dernièrement les propriétaires d’un immeuble similaire ont voulu « régulariser » et mettre à jour le statut des appartements et créer un copropriété pour y inclure leurs appartements. Pour ce, ils ont du s’adresser à la Mairie de Tel Aviv pour obtenir tous les documents relatifs aux taxes.
Et la à leur grande surprise, ils ont chacun reçu une facture à payer de 100,000 Shekels. Ce qui représente environ 1,300,000 Shekels pour l’immeuble. La Mairie leur dit que c’est une taxe “ d’amélioration” et que en fait ils n’etaient jusqu’à ce jour pas proprietaires du terrain et que la dissolution de la Société qui jouissait de l’utilisation du terrain, faisait d’eux les proprietaires du terrain également. C’est la reponse qu’ils ont obtenu de la Mairie
A bon entendeur Salut !

Le Bureau Central des Statistiques a publié l’index des prix de l’immobilier pour Avril – Mai.
Globes le 17 Juillet 2019

L’index pour par transaction moyenne a augmenté de 0.5% pour Avril-Mai compare à Mars-Avril. Le prix de l’immobilier a augmenté de 1.6% durant les 12 derniers mois.
L’index de Consommation (CPI) a chuté de 0,6% en Juin une chute bien plus grande que celle prévue par le Bureau Central de Statistiques qui projetait une chute de 0,2% a 0,4%. Le CPI a augmenté de 0,8% durant les 12 derniers mois, bien en dessous du niveau d’inflation entre 1% et 3% que la Banque D’Israel s’était donné comme but. Ce qui va diminuer le risque d’augmentation du taux d’intéret pour ce trimestre comparé à ce qui avait été prévu par Service de Recherches de la Banque d’Israel
Les prix ont considérablement baissé en Décembre y compris pour les fruits et légumes (11%) chaussures et vetements (6,2%) et meubles (0,6%)

Globes le 16 Juin 2019
Juste après sa nomination le Ministre des Transports, Smotrich, annonce « Sde Dov ne fermera pas »
La première visite de Betzalel Smotrich après avoir été nommé Ministre des Transports a été sa visite dans la tente des manifestants contre la fermeture de l’aeroport Sde Dov, action menée par le Maire d’Eilat Moshe Izak Halevi
Dans l’heure qui a suivi sa nomination en tant que Ministre des Transports. Le député Bezalel Smotrich s’est rendu a la tente des manisfestants contre la fermeture de l’aéroport Sde Dov à Tel Aviv, qui est prévue pour la fin de ce mois ci, pour laisser la place à la construction d’un quartier résidentiel. Ceci basé sur le fait que la fermeture affectera la liaison entre le centre du pays et la ville d’Israel la plus au Sud.
Smotrich qui est un fervent supporter du movement contre la fermeture de l’aéroport, a affirmé hier : “ Sde Dov ne doit pas fermer, et avec l’aide de Dieu, Sde Dov ne fermera pas. « Ceci est le premier sujet de discussion que j’ai eu avec le Premier Ministre dans son bureau, juste après ma nomination. Sous les directives du Maire d’Eilat, ceci est une possibilité »
“C’est très symbolique que ma première session de travail dans mon nouveau statut soit dans cette tente, pour une campagne que nous avons menée ensemble pendant plusieurs années. Portant le chapeau du Ministre des Transports, l’autorité n’est pas entre mes mains, mais la responsabilité certainement encore plus sur mes épaules. Nous mènerons ce combat de front et pleine force. C’est tout simplement une lutte juste, morale et Zioniste de premier ordre. Lorsque vous menez une campagne juste, généralement vous gagnez. Cela demande beaucoup de détermination, et je crois que si nous joignons nos forces nous vaincrons egalement ce défi

Amiram Barkat -Globes – 15 Mai 2019

Index du cout de la vie augmente de 0.3%, et celui du logement 0.1%
L’inflation était de 1.3% durant les 12 derniers mois, due à la dernière augmentation de l’index du logement 0.5% durant les 12 derniers mois.
L’index de la consommation a augmenté de 0.3% en Avril, selon le dernier rapport du Bureau Central de Statistiques, inférieur à celui que l’on attendait. L’index a augmenté de 1.3% durant les 12 derniers mois, encore en dessous du chiffre ciblé par La Banque d’Israel pour l’inflation cette année place entre 1% et 3%. L’index de consommation a augmenté de 0.8% pour les 4 premiers mois de 2019. C’est le troisième mois consécutif que l’index a augmenté après 3 mois consécutifs ou il est tombé.
Les prix les plus remarqués pour Avril incluent : les chaussures (2.4%), les fruits (1.5%), les transports (1.5%) et les loisirs (0.5%).
Le Bureau de Statistiques a également publié aujourd’hui, les chiffres pour l’index du logement , pour les mois Fevrier-Mars 2019. L’index montre une augmentation de 0.1% entre une transaction moyenne en Fevrier-Mars 2019 et celle pour Janvier-Fevrier 2019. Les prix de logement ont augmenté de 0.5% pendant les 12 derniers mois

 

Arik Mirovsky – Globes le 14 Mai 2019
Un terrain vendu à Neve Tsedek pour 17.6 Millions
Ce terrain est dédié à la construction d’un immeuble de 10 appartements et des lots commerciaux en façade Dan Real Estate a gagné aux enchères de l’Autorite Fonciere Israelienne l’achat du terrain de 255m2 à Neve Tsedek à Tel Aviv. Ce terrain, situé à l’intersection des rues Elhanan et Degania est zoné pour la construction d’un immeuble de 10 appartements et une facade commerciale.
Le plan « Tafri Neve Tsedek Est » s’applique à ce terrain. Le planning, approuvé en Janvier 2018 comprend 35 dunam, destiné à preserver le type de construction historique du quartier. En fait des immeubles qui occupent une grande partie du terrain sur lequel ils sont construits. Ce plan s’applique au terrain vendu et stipule un batiment de 15 mètres de haut, 3 étages avec une façade commerciale. La taille moyenne des appartements sera au moins de 65 m2. Le prix minimum des enchères était de 5.44 Millions et il y a eu 14 participants.

Gili Melinsky le 7 Mai 2019 – The Marker
interview avec Oded Gvuli

Tel Aviv n’a pas de competition! Les prix des appartements ne vont qu’augmenter »
Oded Gvuli , ex- ingenieur de la ville Tel Aviv – Jaffa , est convaincu que l’Autorité Foncière d’Israel doit etre demantelée et donner aux Maires des villes la décision au niveau des terrains et par la meme occasion d’éliminer deux tiers des autorités locales . « pour les décisions dans le domaine de planification et habitation il faut des professionels et pas des politiciens qui ne voient que leur prochaine promotion”
Oded Gvuli a quitté pour la dernière fois le batiment de la Direction du Planning de la ville Tel Aviv Jaffa et a laissé le titre au jeune heritier, Udi Carmeli, après 11 ans de service dont 7 en tant qu’ingénieur de la ville et se tournera dès lors vers secteur privé.
La direction du planning de la ville a été un échec total quant à la mise en place d’une stratégie à long terme. C’est en partie à cause du fait que pendant de longues années tous les pouvoirs et décisions de stratégie de l’habitat ont été laissées au Ministère des finances, avec à sa tete Moshe Kahlon. L’autorité foncière et le planning de la construction également centralisé au Ministère des Finances.
Pourquoi n’ont-ils pas regroupé Bat Yam et Tel Aviv ? Je pense que c est l’une des erreurs de mon temps passe sur le job. Nous aurions pu etre un exemple pour les autres villes. Nous avons fait une étude sociale, économique et financière et nous étions pratiquement là, mais la politique a tout detruit. Israel aurait pu etre formée de 60 Mairies et non 255 et ainsi développer par elles memes une économie indépendante et avec une option d’appartements à des prix abordables et un cout de la vie moins cher. A Tel Aviv tout est beaucoup plus cher.
Alors est ce que la ville est prete a éloigner les pauvres et les jeunes et laisser Tel Aviv aux riches seulement? Absolument pas Tel Aviv est très sensible sur ce point et ne veut pas que ce soit la tendance. Mais en meme temps il n’y a aucune chance de voir les prix de l’immobilier baisser. Tel Aviv n’a pas de competition et les prix vont monter. Tant que la ville devient plus attrayante le prix des terrains augmente. Une ville libérale, laique, européène en Israel aujourd’hui c’est une ville ou le cout de la vie est cher.

 Adar Horesh – 19 Avril 2019 -The Marker
Quelle est le destin  de tout ballon? Le prix des appartements est à la hausse dans les endroits ou la plupart des Israeliens veulent vivre.
L’index des prix publié cette semaine par le Bureau Central de Statistiques a complètement discredité la baisse annuelle annoncée dernièrement. Basés sur les Data du Journal The Marker and Yad2, les prix dans les régions très en demande sont en train d’augmenter.
Les Data du Bureau Central de Statistiques montrent que le programme mis en place par le Ministre des Finances pour faire baisser les prix est en train de s’écrouler. Les prix sont à la hausse. La  demande importante pour l’immobilier dans le  Centre d’Israel et un inventaire à la baisse  font également grimper les prix.
Les chiffres nous montrent que les acheteurs et investisseurs qui étaient indécis sont maintenant de retour sur le marché et prets à sauter la barriere. Les efforts pour raccourcir l’attente des permis à la construction n’ont pas servi et le nombre de nouveaux sites de construction est tres bas. Toutes les parties impliquées dans l’industrie immobilière nous annoncent un manque d’inventaire et une relance de la montée des prix.
Basé sur l’index des data, nous pouvons voir que les prix des appartements ont augmenté comparés au mois précédent. Mais les loyers sont stables. C’est en fait parceque les mois là sont considérés « des mois lents » pour la location.
Voici un graphe qui montre le prix demandés pour des 4 pièces a l’achat – dans Yad2 comparant les prix pour Fevrier et Mars 2019. Egalement un graphe pour le prix des appartements de 3 pièces à la location Mars 2018 comparé à Mars 2019
Mais ces chiffres ne sont pas nécessairement annonceurs de montées des prix pour les mois à venir. Le Marché est influencé par les offres et les demandes et surtout les programmes que le nouveau gouvernement peut mettre en place et qui vont changer l’attitude des acquéreurs et des vendeurs.
Shlomit Tsur le 3 Avril 2019 – Globes
L’Aéroport de Sde Dov ne sera plus opérationnel à partir de Novembre 2019 en dépit de la campagne publique menée contre la fermeture par les maires respectifs de Tel Aviv et de Eilat.
Le département du Planning et la Construction ont déposé aujourd’hui le dossier du plan Sde Dov quartier résidentiel au Nord de Tel Aviv a la place de l’aéroport Sde Dov devant les objections publiques.
Le quartier est délimite par la station électrique Reading au Sud, les terrains Nord Ouest Tel Aviv au Nord et les quartiers Nofei Yam and Lamed a l’Est.
Le plan qui a été déposé comprend 16,000 appartements qui vont etre construits y compris :
6,900 appartements pour la location à prix réduits, résidences pour personnes agées, et des appartements pour étudiants. Le plan comprend également 514,000 m2 de batiments publics,
126,000 m2 espaces commerciaux,
323,000m2 de bureaux,
200,000m2 d’hotels,
3,700 chambres d’hotel,
385 dunam (96acres) de parcs et jardins publics
Le plan de contruction proposé comprend : 5 immeubles de 10 étages sur les rues principales et 35 tours de 40 étages le long des artères principales
Sde Dov a été construit en tant qu’aéroport civil en 1938 et plus tard est devenu également aéroport militaire et aujourd’hui une partie du site est utilisée comme base militaire et un aéroport civil.
Le gouvernement a confirmé la loi Sde Dov de Juin 2018 et décidé de fermer l’aéroport militaire en Juillet 2019 et l’aéroport civil en Novembre 2019
Le 1er Avril 2019 : Arik Mirovsky dans le Journal Globes écrit :

La différence des prix de l’immobilier a augmenté de 56%, il y a 30 ans, à 120% aujourd’hui et ce basé sur le Bureau Central de Statistiques.
La phrase « l’Etat Tel Aviv » est utilisée dans plusieurs cas. En immobilier, utilisée en fait pour la différence de prix des appartements à Tel Aviv et le reste du pays. Il y a 30 ans , les prix moyens de l’immobilier à Tel Aviv étaient 56% plus élevés que dans le reste d’Israel. Aujourd’hui, la différence est de 120%, et ce basé sur les données du Bureau Central de Statistiques.
L’augmentation des prix immobiliers ont commencé seulement en 2009 pour la périphérie, quand le gouvernement a commencé à réagir et agir pour tenter de diminuer les prix. Les ministres des finances précédents Yuval Steinitz and Yair Lapid ont echoué, tandis que le ministre des finances actuel, Moshe Kahlon n’a pu que stopper la montée en spirale des prix. Le prix moyen de l’immobilier à Tel Aviv aujourd’hui est de 2.7 millions de Shekels : 1.5 fois le prix de Jérusalem, 2 .5 fois le prix moyen de Haifa, et 3 fois le prix moyen de la périphérie et le nord d’Israel
L’Etat Tel Aviv a reussi et triomphé.


27 Janvier 2019 – Shlomit Tsur et Arik Mirovsky – Globes Journal
– nous donne les détails de transactions immobilières signées dans différents quartiers de Tel Aviv.

Un 130m2 – 4 pièces – 4e étage (avec ascenseur) sur Hay Biyar (Kikar Hamedina – Nouveau Nord) vendu pour 4.8M Shekels – Un prix certainement bien en dessous de la moyenne pour le quartier à cause des travaux nécéssaires pour le mettre à niveau et certainement sera vendu après à 6.5 M ou plus.

Un 80m2 – 3 pièces – 2éme etage (sans ascenseur) – Rue Halutsim (Florentin) vendu pour 2.56M de Shekels et tout à fait dans les prix courus dans le quartier

Un 153m2 – 5 pièces – 42eme étage (Une des Tours) Parc Zameret vendu pour 6.52 M. Ce qui confirme également la moyenne des prix très abordables dans ce quartier mais il faut prendre en compte les charges mensuelles tres élevées.

Un 72m2 – 3 pièces – 2eme étage (sans ascenseur) rue Bilou dans un immeuble ancien (quartier Habima, Cœur de Tel Aviv) – vendu à 3.07 M de Shekels

Les prix ne sont certainement pas à la baisse

Leumi : le prix de l’immobilier a Jérusalem et Tel Aviv vont grimper.
Cependant, les prix vont baisser dans le Sud d’Israel et Haifa : C’est ce que prédit l’Economiste en Chef de la Banque Leumi.

Arik Mirovsky – Globes – 7/2/2019

Les prix de l’immobilier ne chuteront de sitot et il se peut bien qu’ils seront à la hausse pour Tel Aviv et Jerusalem. Pour Haifa et les villes du Sud, ou on voit un excès de construction ces dernières années;  ils seront en baisse et ce basé sur l’étude faite par Gil Bufman (Chef Economiste TASE LUMI) et l’analyste Alon Kries.
La hausse des prix de l’immoblier en Israel s’est arretée depuis l’année derniere. Depuis Novembre 2018 , l’index du Bureau Central de Statistiques nous montre une baisse de 2.3%  des prix comparée à l’année précedente.
Le nombre d’appartements construits ces dernières années est assez conséquent, mais les Economistes de la Banque Leumi regardent plutôt si ceci correspond au niveau de la demande par région. Toujours comme auparavant, à Jérusalem et Tel Aviv la demande est élevée et à nouveau le demande est superieure à  l’offre. Pour tout le reste du pays c’est plus équilibré
L’étude nous montre que les plus grosses baisses de prix ont été à Tel Aviv et Jérusalem cette dernière année. La demande dans ces deux villes depend des riches investisseurs qui ont disparu du marché créant une baisse conséquente de la demande
Dans  le futur, la tendance à la stabilite des prix de l’immobilier , ou au maximum une petite baisse devrait continuer, basée sur la construction et livraison d’appartements.  Et ceci va couvrir la demande typique de 50,000 appartements par an, pour un an ou deux,ou meme un peu au delà.
En conclusion, Banque Leumi prevoit que les prix vont fluctuer différement suivant les régions : ils vont baisser dans le Sud et Haifa et certainement augmenter pour Tel Aviv et Jérusalem


La compagnie d’Electricité libère des terrains à Tel Aviv :

Yael Darel – The Marker – 5/2/2019
750 appartements seront construits à Ramat Ahayal pour le programme de Kahlon, loterie à prix réduits pour les jeunes couples
Ce projet de contruction de 750 appartements dans le cadre de ce programme fait partie d’un accord signé entre la Compagnie d’Electricité et l,Autorité Foncière Israelienne.

Cet accord comprend 16 terrains dans les emplacements de choix y compris autour de Riding. Suivant les accords signés ils ont été remis au gouvernement déjà en Octobre 2018L’autorité Foncière mentionne que “ce projet va permettre de relier les differents quartiers  qui sont à l’heure actuelle “coupés” les uns des autres  par les batiments de la Compagnie d’Electricité, ce qui va permettre d’avoir une circulation continue Nord-Sud pour le bienfait de la ville et de toute la région.

L’utilisation du potentiel de ces terrains a une valeur aujourd’hui de 1.7 Milliards de Shekels et l’acte symbolique a été signé aujourd’hui durant une cérémonie où étaient présents le Ministre des Finance – Moshe Kahlon – Le Président de La Compagnie d’Electricité – Iftah Ron Tal , Le Secretaire Général de la Mairie de Tel Aviv – Adiel Shamron , et le Directeur de l’Autorité Foncière Israelienne Menahem Leibe

Meme une “arnona” (taxe immobilière) doublée n’y changera rien : Tel Aviv est en passe de devenir comme Eilat.
Meirav Moran – The Marker 28/01/2019

La Mairie de Tel Aviv a decidé hier qu’elle va faire payer la taxe immobilière a 120 Shekels par m2 et par an, pour les appartements dont les propriétaires déclareront qu’ils sont utilisés comme hotels. C’est une augmentation de la taxe qui varie de trois à quatre fois le montant.
ça a l’air d’etre beaucoup mais c’est en fait une augmentation de quelques centaines de shekels par mois par appartement. Ce changement ne va certainement pas débouter les proprietaires qui louent leurs appartements entre 500 et 3000 Shekels la nuit.
Et pour ceux qui en ont fait un business et qui possèdent plusieurs appartements qu’ils louent comme ça, ça ne changera pas grand-chose compte tenu qu’ils font des chiffres d’affaires de milliers de Shekels par mois. Et de plus maintenant les voisins dans ces immeubles ne peuvent plus se plaindre à la Mairie de l’utilisation des appartements en tant qu’ hotels. La Mairie maintenant recoit de l’argent pour ce business et n’a plus le droit de l’interdire.
En fait cette loi arrange bien les propriétaires qui jusque là n’étaient pas « légitimes » et faisaient leur business entre deux eaux. Avec cette loi c’est maintenant reconnu et ils peuvent « légalement » louer leurs appartements sur Airbnb.
Avec cette légalisation, Tel Aviv au lieu d’offrir un rythme de vie facile et agréable, est en passe de devenir comme Eilat avec une majorité de résidents qui sont des touristes avec des restaurants et des hotels. Bonne chance

 

18/01/2019The Marker Journal économique israélien –  par Guili Melinsky
« AIRBNB est en train de pousser sur Steroides » à Tel Aviv et et contribue à l’augmentation du prix des appartements.

Ce qui a commencé comme une alternative qui attirait les touristes, est devenu un phenomène qui a pris d’énormes proportions à Tel Aviv. Durant cette dernière année la ville a dépassé Amsterdam et Barcelone. En meme temps cette industrie a envahi le Marché locatif local.
La Mairie dans un message très clair cette semaine, a annoncé qu’il y aurait un changement de la taxe immobilière pour ceux qui louent leur appartement par Airbnb. Annoncement trés clair et en quelques phrases seulement, c’est une déclaration de guerre à Airbnb. En fait la Mairie a annoncé que quiconque loue son appartement pour plus de 90 jours par an sur la plateforme Airbnb ou autre, ne sera plus taxé au  tarif résidence, mais suivant un tarif de taxe immobilière 3 fois plus élevé, comparable à celui payé par les hotels de niveau 4 ou 5 étoiles.
La décision n’a pas été prise à la légère à Tel Aviv, de plus en plus de résidents se plaignent de rues et quartiers pleins de touristes et des changements du charactère de ces quartiers. Particulièrement vers « Le Marché aux Puces » à Jaffa et le quartier entre Kerem Hatemanim et Neve Tsedek. Les commentaires se font plus entendre quand nous parlons avec des jeunes et des familles de jeunes, qui essayent de trouver un appartement à louer en ville à un prix abordable , ils disent que ça rend leur recherche très difficile.
De plus en plus d’appartements sont loués sur Airbnb durant ces deux dernières années, et augmentent comme si c’était sur stéroides. A la Mairie ils disent que Tel Aviv en tant que ville touristique a besoin de ce produit mais il faut trouver la juste mesure pour ne pas heurter les résidents à l’année.
Une étude faite par les  Mairies des villes touristiques avec le centre d’étude socio-economique montre que ça n’est pas seulement « le ressenti » des résidents « gatés ». D’après cette étude, nous voyons que par comparaison avec Amsterdam, nous avons à Tel Aviv, 1 appartement sur 25 loué à un touriste et à Amsterdam 1 sur 45, quant à Barcelone 1 sur 78
Selon la Mairie c’est un business très rentable : le prix moyen (3 pièces) 186 $ la nuit. Les prix commencent à 10 $  la nuit et peuvent aller jusqu’à 8500 $ pour des appartements de luxe dans les Tours de luxe.
Selon le rapport Bloomberg sur le tourisme en 2018, Tel Aviv est en 4eme place pour la ville la plus chère. Ce qui explique pourquoi les proprietaires ont developpé un appétit nouveau et énorme pour  Airbnb.
A Tel Aviv 7% de la totalité des locataires représente 41,5% des appartements sur Airbnb. En Fait, 191 locataires représentent plus de 3000 appartements qui se trouvent sur le site

30/12/18 The Marker _ Yael DarelDes tours à Kikar Hamedina : après 20ans de discussions finalement Les tracteurs sont en route pour commencer à creuser. Le projet énorme pour 3 tours de 40 étages et environs 450 appartements. La prochaine étape: le permis de construire. Egalement un immeuble commercial de 10 étages , un lac artificiel et des parkings.
Le projet initial d’une route souterraine sous le Kikar est abandonné à cause de toutes les oppositions y compris celle des résidents du Kikar.
C;est un chantier d’environs 1 milliard de Shekels